Nowruz, le court métrage artistique sur la diaspora iranienne

 

12439049_1263404217021676_930795153491750475_n

Après Tehran-Geles, le réalisateur iranien Arash Nassiri a imaginé un dialogue avec la diaspora iranienne des années 70 à Téhéran. Le court-métrage produit par Jonas Film nous a interpellé par l’originalité du sujet : donner la parole aux iraniens éloignés de leur pays depuis plus de 40 ans, et revivre avec eux un Iran lointain et pourtant très présent dans l’imaginaire collectif. Nowrooz signifie littéralement – Jour Nouveau – et symbolise bien sûr le retour du Printemps et la nouvelle année perse, le film évoque peut-être les jours nouveaux d’une diaspora reconnectée ?

Nous avons discuté du film avec Elsa Klughertz la productrice du film. C’est l’interview Paris – Téhéran – Los Angeles entre 1970 et 2016 :

Persiennes : En quelques mots, qui est Arash Nassiri ?

Elsa Klughertz : Arash Nassiri est un artiste plasticien que l’on a rencontré à l’époque où il cherchait des producteurs pour son second film d’art – Nowruz. J’avais vu Tehran-Geles que j’avais trouvé élégant et qui m’avait immédiatement transportée. Arash nous a présenté ce nouveau projet, nous exposant son idée de recueillir les souvenirs qui serviront aux dialogues, en constituant un “panel” d’immigrés représentatifs de la société de Téhéran dans les années 70. Cet orchestration des souvenirs mêlant les époques, les fantasmes de la diaspora Iranienne à Los Angeles, leur histoire m’a immédiatement touchée et cette proposition m’a parue évidente.

Persiennes : Comment avez-vous recueilli les témoignages de tous ces iraniens exilés ?

E.K : Nous avons été aidés par une journaliste Iranienne qui a mené les Interviews en farsi dans Paris et puis sur skype avec des Iraniens du monde entier. Après avoir collecté et enregistré une trentaine d’interviews, cette bibliothèque des souvenirs devenait la matière du scénario à réécrire.

11222201_1277797288915702_8936696480938844718_o

Persiennes : Que dire à ce stade du résultat ?

E.K : Le tournage à Los-Angeles fut une belle expérience et nous sommes à présent à l’étape de post-production. Le film sera projeté en septembre prochain et commencera à être envoyé en festivals. Baignés dans des couleurs artificielles, les habitants de Los-Angeles réciteront des souvenirs de Téhéran. Le passé de la capitale iranienne viendra habiter les quartiers de cette ville, et les souvenirs géographiquement déplacés renverront à un autre espace-temps. Pendant ces quelques nuits, les habitants seront les hôtes des voix d’immigrés et réuniront le temps d’une fête cette mémoire disséminée.

New-Days_006

Retrouvez la page Facebook du film ici, sortie officielle prévue en Novembre 2016