Littérature : le Prix de la Closerie des Lilas pour Azadi de Saïdeh Pakravan

prix-closerie-lilas-2015-1

dr

Chaque année, depuis 2007, le Prix de la Closerie des Lilas récompense une romancière de langue française. Cette année, c’est l’écrivain franco-américain d’origine iranienne Saïdeh Pakravan qui a convaincu le jury avec son roman Azadi.

Azadi en persan signifie liberté. Une liberté au goût amer pour l’héroïne du roman : Raha, jeune étudiante en architecture de Téhéran qui décide de manifester au sein du mouvement « vert », en 2009, contre le résultat des élections présidentielles annonçant Ahmadinejad vainqueur contre Moussavi. Une fois arrêtée et emprisonnée, le pire arrive. Avec finesse, sans jamais tomber dans un manichéisme primaire, l’auteur décrypte une société dans laquelle vivre jeune et rebel est difficile si ce n’est impossible. Subtilement et avec un souffle enivrant, nous découvrons la descente en enfer d’une jeune fille qui telle une Antigone des temps modernes se bat et poursuit inlassablement son combat pour la justice. On se prend d’affection pour celui que nous ne penserions jamais aimer, ni même seulement considérer, on s’interroge sur le pardon, sur la vie et ses directions opposées. Un roman qui bouleverse et rend hommage à la jeunesse téhéranaise assoiffée de liberté.

Azadi, chez Belfond