La mode iranienne alternative de Ghazaleh Rezaie

IMG_3312

Gisella by Ghazaleh Rezaie

Sur Instagram, Ghazaleh Rezaie, jeune créatrice de mode à Téhéran partage des images très pop, colorées parfois sombres dans lesquelles se croisent tradition, modernité et éléments esthétiques surréalistes. Ghazaleh dessine toutes ses collections, elle est inspirée, et propose une mode alternative en Iran. Nous avons discuté avec elle. C’est l’interview mode, de Téhéran à Paris :

Persiennes : Quand avez-vous lancé votre label mode Gisella ?

Ghazaleh Rezaie : En septembre 2008 j’ai commencé à travailler comme designer indépendant « underground » avec mon amie Nazanine Karimkhaani. Le label s’appellait « Gitano » – gypsy en espagnol – et notre première collection était entièrement en tricot.

Persiennes : Quel type de vêtements créez-vous ?

Ghazaleh Rezaie : Des vêtements urbains et casual. Je me concentre sur le travail de construction et d’asymétrie. Je trouve l’équilibre de mes collections dans les formes déstructurées. Aussi, je dessine toutes mes pièces, cela m’aide à être bien précise sur les détails du modèle ainsi que l’ensemble de la silhouette.

FullSizeRender (1)

Gisella by Ghazaleh Rezaie

Persiennes : Quelles sont vos inspirations ? Votre compte Instagram offre un univers très coloré, pop, et en même temps un peu « dark » parfois.

Ghazaleh Rezaie :  Globalement tout m’inspire. Ca peut être l’humeur dans laquelle je me trouve au moment où je dessine des pièces, un état d’esprit, un film, ou une musique. Je n’aime pas trop me dire que j’ai une source précise d’inspiration. Pour résumer, le « non sens particulier » – comme le dit si bien Lewis Carroll – est mon inspiration.

Persiennes : Produisez-vous en Iran ?

Ghazaleh Rezaie : Oui. Toutes mes pièces sont « Made in Tehran ». Elles sont toutes en série limitée d’ailleurs. Parfois, une pièce peut même exister en un seul modèle ou deux.

Persiennes : Vous vendez uniquement à Téhéran ?

Ghazaleh Rezaie : Pour le moment je ne suis présente qu’en Iran et je prévois à terme de distribuer au Moyen-Orient.

Persiennes : Comment c’est aujourd’hui d’être designer en Iran ? Recevez-vous des aides particulières, rencontrez-vous des difficultés parfois ?

Ghazaleh Rezaie : Il y a 6 ans environ, nous trouvions très peu de créateurs indépendants à Téhéran. L’industrie de la mode en Iran a connu un boom dingue ces 2 dernières années. Le business de la mode est une vraie tendance désormais. C’est la conséquence des réseaux sociaux qui ont pris une très grande ampleur en Iran (Instagram, Facebook…). Certains se sont même improvisés « créateurs » sans avoir vraiment de créativité et d’authenticité dans leur travail.

Sinon, le principal souci pour moi aujourd’hui c’est que je ne suis pas certaine de pouvoir continuer à être créative ici. Mes collections ne sont pas toujours très bien comprises ou « acceptées ». Mais d’un autre côté, tout mon travail créatif et mes inspirations ont été stimulés par les limites et « les frontières créatives » imposées parfois par l’Iran. Mon rêve est d’influencer et de changer la vision de la mode que peuvent avoir les gens.

IMG_0105

 

IMG_3394

Persiennes : Quels sont les projets de la marque ?

Ghazaleh Rezaie : Je travaille actuellement sur un projet très innovant avec trois créateurs indépendants très talentueux. Je suis super excitée de ce projet. Je créée également avec l’un d’entre eux une nouvelle collection. Dans un futur proche je vais lancer un site Internet pour vendre à l’international et étendre ma marque !

Merci Ghazaleh !

Découvrez son compte Instagram : @ghazalehrezaie.fashionstudio