A Téhéran : le « Tabiat Bridge », le pont par nature

Les piétons sont ravis. Depuis le 14 octobre 2014, les parcs Ab-o-Atash, à l’ouest, et Taleghani, à l’est, sont reliés par le plus grand pont piéton : le « Tabiat Bridge » –  signifie nature, en iranien. 3 niveaux, imaginés par l’architecte Leila Araghian et l’entreprise Diba, qui ne sont pas seulement des moyens de connecter une rive à l’autre. Le Tabiat Bridge est aussi pensé comme un lieu de vie, où un niveau compte un café, le deuxième est pensé comme un lieu de passage, où l’on peut marcher, skater (à lire, notre article sur le skateboarding en Iran), pédaler voire même monter à cheval. Le troisième niveau est dédié à la contemplation, pour apprécier la magnifique vue sur Téhéran qu’offre le pont. Construit en moins de deux ans, le Tabiat Bridge pèse plus de 2000 tonnes, aura nécessité plus de 14 000 pièces d’acier de tailles différentes, assemblées à plus de 40 mètres du sol. Un symbole pour la mairie de Téhéran, qui y voit l’évolution de la ville vers un univers qui relie la nature, le tourisme et la vie quotidienne des habitants de la capitale.